Étiquette : solidarité

Ukraine : Combs se mobilise !

Il y a 15 jours nous appelions les combs-la-villais à se mobiliser pour l’Ukraine. Les premiers réfugiés sont arrivés sur notre commune. Faisons le point ensemble sur ce qui est fait au sein de notre ville…

Rassemblement pour la paix

Dans notre précédent article, nous avions fait des propositions pour que notre commune et ses habitants puissent venir en aide aux ukrainiens. L’association avait également adressé un courriel à notre Maire afin d’organiser collecte, prêt de logements communaux et rassemblement pour la paix.

Place Simone Veil : arrivée des Combs la Villais
et rencontre avec la représentante de l’Unicef

Faute de réponse du maire concernant un rassemblement, nous avons tenu à en réaliser un dimanche 13 mars à 11heures place Simone Veil. Ce lieu nous paraissait être approprié car hautement symbolique. Cette femme politique française, déportée en 1944, a été la première Présidente du Parlement Européen élue au suffrage universel.

Intervention de Céline Launay
représentant le Pôle UNICEF de Combs-la-Ville

Ce rassemblement a accueilli la représentante départementale de l’Unicef à Combs. Elle a souhaité rappeler combien il est utile d’aider en ciblant davantage l’aide à apporter :

  • En envoyant une aide financière aux ONG (dont l’Unicef) qui permettra d’intervenir plus efficacement dans les zones impactées par la guerre et dans les zones frontalières
  • En suivant les consignes des organismes collecteurs pour des dons matériels ciblés (produits d’hygiène et alimentaires pour les bébés et les enfants, médicaments …)
Intervention de Mathilde Prilleux : « rien qu’en 2020
82,4 millions de déplacés
pour des raisons politiques (conflits, dissidences) ou climatiques (HCR) »

Ce rassemblement a permis à Mathilde Prilleux, très engagée depuis plusieurs années sur la question de l’aide et de l’intégration des réfugiés, de donner des pistes afin d’aider utilement les réfugiés et les accueillir.

En présence de L. Masse, G. Prilleux et
S. Rouillier (Conseillers municipaux , Agissons pour Combs) et de A. de Méjas (Conseillère municipale, Combs à gauche), lecture d’un poème de Carmen Montet
« Les enfants de la guerre » dédié aux enfants du Yémen, réadapté pour les enfants d’Ukraine.

Nous avons pu rencontrer à la fin de ce rassemblement, une ukrainienne combs-la-villaise très mobilisée avec son époux. Ils ont participé avec la communauté ukrainienne de Chelles à l’envoi de deux bus.

Ukrainiens réfugiés (1ère et troisième en partant de la gauche) et famille ukrainienne vivant à Combs.

Enfin et surtout, une maman et sa jeune fille de 10 ans, arrivées depuis 15 jours, ayant fui la guerre, se sont présentées sur la place Simone Veil. Moment très émouvant lorsque la jeune fille est venue sur la place, drapée des couleurs ukrainiennes.

Pour vous aider à participer et à accueillir …

Nous vous proposons pour aider et accueillir des réfugiés de faire la synthèse des informations fournies par les intervenantes de ce rassemblement :

  • Favoriser l’action humanitaire sur le terrain du conflit et aux frontières
A qui donner et pour quoi ? 
A L’UNICEF : actions directes pour venir en aide aux enfants et à leur famille.
A La Croix Rouge : actions pour répondre au besoin en eau, apporter un support médical et de premier secours, fournir des vivres et des produits de première nécessité. Elle est présente en Ukraine depuis 2014 et le début de la guerre en Crimée.
Au Haut-Commissariat aux réfugiés des Nations Unies (HCR) : actions pour organiser et soutenir l’accueil des personnes déplacées, soutien aux pays frontaliers.
A Médecin sans Frontières : actions médicales sur les zones de conflits pour venir en aide aux populations.
Échange avec une habitante
de Combs née en Ukraine
  • Accueillir et soutenir ceux qui fuient

Pour venir en aide aux personnes qui fuient la guerre et se réfugient dans d’autres pays, il est nécessaire d’apporter un soutien psychologique, social et fraternel. Quelques pistes pour y répondre :

Partager un moment, apprendre à se connaître

Singa France vous propose d’organiser et de participer à des évènements pour partager des moments conviviaux avec des personnes exilées (activités, sorties culturelles, apéritifs, rencontres sportives) afin de tisser du lien et faire plaisir.

S’entraider, faire ensemble

La plateforme weukraine.fr référence des actions simples à mener près de chez vous et partage celles que vous menez (collecte, appel au bénévolat, manifestation de soutien).

Solinum et son application vous aideront à mieux informer les personnes exilées en situation de précarité et à les aider (démarches administratives, contacts avec les services sociaux et les associations à proximité de Combs).

Accueillir chez soi

jaccueille.fr , gérée par Singa, vous met en relation avec des personnes exilées et vous permet de proposer un hébergement temporaire chez vous. L’association assure un suivi et vous soutient dans cette démarche.

Poursuivons la mobilisation…

La commune votera une aide de 10 000€ lors du conseil municipal du lundi 21 mars (Délibération n°1). Nous ne pouvons que nous en réjouir. L’agglomération Grand Paris Sud prévoit également de débloquer une somme très importante lors du conseil communautaire du 29 mars.

Nous avons également eu une réponse à l’une de nos propositions. Un Combs-la-Villais, présent lors de notre rassemblement, a posé une question au maire au marché le samedi 11 mars. Ce dernier a répondu à sa question. Il semblerait qu’un logement communal vacant soit mis à disposition des réfugiés. Nous nous félicitons de cette réponse.

Enfin, n‘oublions pas qu’une partie de la population Russe n’a pas voulu de ce conflit. Muselée, elle est soumise à la propagande. Soutenir des associations telles que Amnesty Internationale et Reporters Sans Frontières est essentiel pour la défense de la liberté politique et de la paix.

N’hésitez pas à consulter le média Guiti News (créé par des journalistes, reporters, photographes réfugiés en France) qui propose un autre regard sur la migration, l’accueil, et les thématiques qui y sont liées. 

Relayez les initiatives en cours et les informations utiles sur notre groupe Facebook ou sur la page contact de l’association …

Une fin d’année positive et solidaire !

La fin d’année a été riche en émotions et en actions pour les membres de l’association « Ensemble autrement ». La dernière a eu lieu le 23 décembre avec le dépôt des dons collectés pour les plus démunis.

Cette dernière action citoyenne et solidaire a clôturé l’année 2021. L’objectif était de remettre à une association caritative de notre commune des calendriers « inversés » par tous ceux qui le souhaitaient. L’association partenaire de « Ensemble autrement » était le Secours catholique.

Exemple de cartons et de sacs
contenant les calendriers inversés

Le calendrier de l’Avent inversé est un projet solidaire qui vise à remettre un carton rempli de denrées alimentaires ou de petites attentions utiles et réconfortantes à des personnes en grandes difficultés à l’approche de Noël. Il était donc nécessaire de placer dans un carton, chaque jour à partir du 1er décembre, 24 petits dons différents.

24 petits cadeaux par colis

La présidente de notre association Aurélie Davenne, accompagnée de Laure Masse, initiatrice de cette action, a remis à la veille de Noël les colis collectés et confectionnés pour cette action. Elles ont été reçues par le président du Secours catholique de Combs-la-Ville. Nous remercions bien évidemment cette association qui a bien voulu nous apporter son aide pour que cette action de collecte solidaire se réalise. Le Secours catholique va assurer la distribution des colis. Nous prévoyons de donner davantage d’ampleur à cette démarche en 2022 et nous ne manquerons pas de faire appel à votre générosité le moment venu.

Le président du Secours catholique reçoit
les représentantes de notre association

Nous tenions à remercier toutes les Combs-la-Villaises et tous les Combs-la-Villais qui nous ont soutenus et qui ont participé à nos différentes actions en 2021.

Enfants, parents et grands parents ensemble pour dire NON
Enfants, parents et grands-parents ensemble le 16 novembre
pour dire NON à la vente
et à la fermeture du centre de loisirs du Chêne

En effet, dès la rentrée des classes, nos actions se sont concentrées autour de trois thèmes principaux: la lutte contre l’installation d’un champ de foire dans le parc central, la dénonciation de la fermeture des centres de loisirs et la vente du centre historique du Chêne, la réalisation d’une action solidaire.

Rencontre parc central 11 septembre : échanges par petits groupes
Rencontre parc central 11 septembre :
échanges par petits groupes

Nous allons poursuivre notre démarche qui vise à alerter, informer et combattre ce qui nous parait-être particulièrement injuste et contraire à nos principes de solidarité. Nous chercherons en cette nouvelle année 2022 à être encore davantage à l’écoute, au service du vivre ensemble et du bien commun.

Nous souhaitons à toutes et à tous une très heureuse année 2022, pleine de projets et de partage.

Opération Sapins de Noêl

Vite fait, mal fait !

Alors que les fêtes de Noël approchent à grand pas, nous pouvons nous interroger sur un sympathique projet solidaire …

Appel à la solidarité

Les écoles, les fédérations de parents d’élèves ont reçu ces derniers jours un courrier de la mairie. Dans ce courrier, il leur est proposé de participer à une action appelée « Sapins de Noël solidaires ». Ce message précise: « En ce contexte difficile, la mairie souhaite poursuivre son soutien auprès de ses commerçants en les aidant à continuer leur activité à travers l’opération  » Je vis à Combs J’achète à Combs ». A l’approche des fêtes de fin d’année, nous vous proposons un achat groupé de sapins par groupe scolaire ».

Cet appel fait suite aux actions menées pour soutenir les commerçants de notre commune. Action de communication qui a coûté 2000 euros pour soutenir nos commerces depuis le déconfinement. On ne pouvait difficilement faire moins !

En première lecture, nous avons été agréablement surpris par cette proposition. Sont apparus par la suite des interrogations puis des doutes. En effet, cette proposition nous semble confuse dans ses objectifs et contradictoire dans ses missions.

Soutenir, mais qui ?

A première vue, cette opération a pour but de soutenir les commerçants et en particulier nos deux supers fleuristes de Combs. Jusque là, rien à redire. Sauf qu’à la lecture du document, nous comprenons que ces deux enseignes vont travailler pour ne rien récolter financièrement. Le seul apport serait en fait de la publicité faites à ces commerçants : « L’artisan commerçant …fera un reversement des bénéfices auprès des coopératives si vous commandez un nombre minimum de 20 sapins par école ». Une manière surprenante de les soutenir alors qu’ils ont subi trois mois de perte de chiffre d’affaire. Du boulot en plus sans véritable contrepartie claire. Une action difficile à refuser vis à vis de la Mairie.

Comment alors comprendre qu’une action sensée aider les commerçants bénéficie à d’autres personnes qu’eux ? Pour motiver les enseignants et les parents d’élèves était-il absolument nécessaire de leur faire miroiter un bénéfice financier pour la coopérative scolaire ? Est-ce une manière de faire oublier le raté de la distribution des masques de Grand Paris Sud?

Ce qui nous a rendus perplexes, ce fut le logo d’une action solidaire initiée par d’autres !

Dans la précipitation, les acteurs de cet acte solidaire se sont appropriés un peu légèrement le logo d’une action Suisse qui veut « permettre à tous les enfants de recevoir un cadeau de Noël ».

Cette action aurait mérité d’être mieux définie, comme cela sera le cas avec la distribution des colis de Noël aux séniors au début du mois de décembre. La majorité municipale a décidé de solliciter les deux fleuristes de la ville pour ajouter une plante par colis. Cela est concret et efficace.

Rien ne sert de courir…

Notre association soutient les commerçants de notre ville. Nous avions proposé dès le mois de juin la création d’un fond de soutien pour les commerçants et les populations en précarité de notre commune. Nous appelons tous les combs la villais qui le peuvent à se fournir et utiliser les services de nos entreprises locales. De même, nous sommes bien évidemment pour aider la coopérative scolaire et permettre l’éclosion de projets pour nos enfants. Nous ne pouvons que souhaiter la multiplication des actes de solidarité envers les plus démunis. Nous appelons également tous ceux qui le souhaitent à participer, aider nos associations communales comme Les Restos du Cœur ou le Secours Catholique.

La question de la solidarité est une question de fond qui nécessite une analyse et une approche sociale afin de bien cibler les populations qui en ont besoin. Les membres d’Ensemble autrement sont au début de leur réflexion à ce sujet pour être une force de proposition sur notre commune. Nous vous inviterons très prochainement à participer au lancement d’un débat citoyen. Notre association prévoie pour 2021 la mise en œuvre d’un projet qui nous tient à cœur.

Nous ne voulons pas nous précipiter et nous lancer dans des opérations mal maîtrisées comme celle mise en lumière par cette offre envoyée le mercredi soir pour une réponse sollicitée le vendredi. Chaque chose en son temps: conceptualiser d’abord puis ensuite agir sont notre ligne de conduite. Idées et projets ne nous manquent pas, loin s’en faut ! Mais ils seront menés en leur temps lorsque nous serons prêts à les développer.

Masque GPS

Que sont devenus les masques de GPS ?

Alors que la crise sanitaire frappe avec vigueur, l’agglomération de Grand Paris Sud a remis aux 23 communes des masques pour les élèves des écoles élémentaires. Rien à l’horizon pour certains de nos enfants…

Une aide bienvenue de l’agglomération

Le site de l’agglomération et les articles dans la presse ont fait l’écho de cette décision de GPS.

https://www.banquedesterritoires.fr/des-collectivites-fournissent-des-masques-pour-une-rentree-sous-tension

« A la suite de l’annonce par le gouvernement jeudi 29 octobre de rendre obligatoire le port du masque à l’école à partir de 6 ans, l’agglomération Grand Paris Sud s’est associée avec l’entreprise Iris Ohyama pour fournir des masques aux 30 000 élèves des écoles élémentaires de son territoire (221000 masques)…Chaque enfant de 6 à 10 ans recevra dans son établissement un kit de 7 masques chirurgicaux conformes aux normes en vigueur. »

L’agglomération a remis les masques dans les communes le samedi 30 novembre. Selon le service de communication de GPS sur son site : »Les municipalités se sont organisées pour assurer la logistique afin d’approvisionner les écoles dès ce lundi » (donc le 2 novembre).

Enfin, la gouvernance de GPS justifie cette politique de distribution: « Une nouvelle fois, notre intercommunalité a aussitôt réagi à l’urgence de la situation …aux familles qui doivent faire face à une nouvelle charge financière ». Le but était de permettre aux familles de trouver des solutions et de ne discriminer personne. En attendant , les premiers jours d’école pouvaient être assurés sans problème, les enfants étant protégés.

https://www.grandparissud.fr/actualites/grand-paris-sud-distribue-221-000-masques-pour-les-eleves-des-ecoles-elementaires

Arlésienne au bal masqué ?

Quelle fut la situation dans les écoles de notre commune? Le lundi 2 novembre, aucun masque n’a été distribué aux élèves des écoles élémentaires La Noue, Paloisel , Beausoleil. Les parents n’ont rien su de cet arrivage important pour tous les enfants et les familles de notre commune. Rien n’a été fait pour le faire savoir. La distribution a eu lieu toutefois à La Tour d’Aleron, Sommeville, Le Chêne, les Quincarnelles et l’Orée du Bois.

Une telle différence s’explique de la manière suivante. Certains directeurs n’ont pas suivi la décision du maire et ont donné les masques aux élèves afin de ne discriminer aucune famille et de respecter le principe d’égalité. Les autres ont cru que les masques étaient fournis par la mairie puisque la dotation leur était présentée comme le faisant penser (distribution). Ils ont donc suivi les ordres du maire.

Le maire, contre toute attente, n’a pas suivi le principe et la volonté politique de dotation de GPS. Ce dernier a souhaité faire cavalier seul en s’appropriant la consigne du ministère de l’Éducation Nationale. Ne fournir des masques qu’aux élèves qui arriveraient à l’école sans protection. « Le ministère dote chaque école, collège et lycée en masques « grand public » afin qu’ils puissent être fournis aux élèves qui n’en disposeraient pas ». Cela est donc d’autant plus surprenant que cette dotation n’a rien à voir avec celle du ministère et que les collectivités territoriales ont leur propre politique de soutien et d’aide et n’ont pas à en référé au ministère.

https://www.education.gouv.fr/coronavirus-covid-19-les-reponses-vos-questions-306136

La distribution de masques adaptés aux enfants était pourtant une nécessité. La réaliser dès l’arrivée des enfants à l’école après les vacances aurait été un plus. Si nous regardons ce qui a été fait à Lieusaint, les enfants ont reçu en plus des 7 masques jetables, 2 masques lavables. La ville a donc participé à ce nouvel effort.

Les conseils d’école des établissements qui n’ont pas assuré la distribution ont été le lieu de biens des incompréhensions. Tout cela a commencé par une question posée par un parent d’élève de l’école Paloisel au conseiller municipal délégué. Une lettre adressée aux conseillers communautaires par les parents d’élèves résume la situation de cette manière:  » A Combs la ville, la commune a effectué les livraisons en présentant cette dotation de la part de la mairie pour le enfants qui se présenteraient sans masques afin de pouvoir leur en fournir ». En d’autres termes, la mairie s’autorise à gérer comme elle le veut un don de l’agglomération dont la finalité était tout autre .

Il n’est pas acceptable de s’attribuer la paternité d’une action collective. Il est important de rappeler les objectifs et ce qui est fait par l’intercommunalité. Cela alors même que beaucoup de citoyens ne connaissent pas les domaines de compétences de cette collectivité territoriale de plus en plus déterminante dans la gestion et la vie de notre ville.

Absence de mesures concrètes

Toutefois, rien n’empêchait le maire de prévoir une dotation particulière pour les enfants dont la situation sociale nécessiterait une aide supplémentaire. Nous ne nous serions pas opposés à une telle décision. Tout au contraire, nous aurions soutenu une mesure de solidarité alors que la crise frappe les plus démunis. Nous savions dès l’installation du nouveau conseil municipal qu’il allait être nécessaire de prévoir un fond de solidarité. Nous l’avions proposé dès le mois de mai, aussi bien pour les associations intervenants auprès des populations en précarité que pour les petits commerçants et artisans de notre commune.Forte augmentation des indemnités des élus.

Un manque de transparence est donc une fois de plus mis en lumière. Interpellé le jeudi 5 novembre au soir, le conseiller communautaire du groupe « Agissons pour Combs » est intervenu auprès de la gouvernance de GPS. Il a immédiatement téléphoné le vendredi matin à GPS pour l’informer que des parents d’élèves étaient mécontents et que l’objectif d’une telle distribution était détourné.

Nous sommes inquiets par le manque d’informations récurrentes et de réactivité de la part de la municipalité: communication tardive au sujet des grèves du jeudi 5 et vendredi 6 novembre, absence de communication sur le port obligatoire du masque dans la ville ou limité à un affichage réduit, omission au sujet des masques de GPS. Tout cela contribue à la confusion et au rejet du port du masque.

Faites savoir, demander des explications, alerter si besoin! N’ayez pas peur d’être traité de donneurs de leçon. Le citoyen doit exercer ses droits et ses devoirs tout particulièrement à l’échelon de la vie politique locale. Participez dès maintenant aux conseils de quartiers en vous inscrivant sur le site de la ville jusqu’au 27 novembre.

nos élus vivent ils toujours à Combs

Attribution scandaleuse à une élue!

Après le vif débat sur l’augmentation des indemnités des élus, une décision prise par le maire nous a scandalisé et révèle bien des travers. Quelques pistes de réflexion …

Un logement communal pour la première adjointe

Lors de la réception des documents préparatoires du conseil municipal du 21 septembre, nous avons découvert la décision 2020/94-C. Elle se fondait discrètement parmi les 51décisions écrites sur 5 feuilles dans un dossier de 48 pages. Cette décision ne fait que que deux lignes et est succincte comme l’ensemble des décisions de ce type.

Cette décision nous a semblés bien imprécise et curieuse. Qui est l’heureux(se) élu(e) qui bénéficie d’une telle faveur? Notre collègue, Anne de Méjas a demandé des explications durant la commission qui s’est tenue mardi 15 septembre. La réponse nous a surpris! C’est un logement pour la première adjointe du conseil municipal.

Pourquoi cela nous a t’il choqué? La première adjointe a bénéficié d’une augmentation de son indemnité de plus de 33% en mai dernier. Elle bénéficie d’une pension de retraite de proviseur honoraire de l’éducation nationale (P4 du programme de G.Geoffroy). Est -elle réellement prioritaire pour bénéficier de ce genre de logement communal ?

Pouvoir du maire et octroi de logement communal

Nous avons cherché à en savoir davantage lors du conseil municipal du 21 septembre 2020. Nous n’avons pas réussi à avoir d’explication à ce sujet durant le conseil. La réponse du maire a été des plus contrariantes. Dès le lendemain, faute d’une réponse claire, nous avons demandé à avoir accès aux documents administratifs correspondant à cette attribution. C’est notre droit. Tout citoyen peut faire de même.

Que dit la signature d’autorisation d’occupation de logements communaux datant du 22 juillet 2020? Que le logement en question est un studio attribué pour un an, renouvelable deux fois (=3 ans) à la première adjointe. La redevance mensuelle du logement est déterminée par la décision 2019/273-C: 238.54 euros. Incroyable d’apprendre qu’une élue dont les revenus sont conséquent souhaite vivre dans un simple studio, . Cela soulève une autre question en relation avec ce besoin de logement ( Cf. On peut ne pas être d’accord, mais c’est la loi!)

Cette attribution d’un logement communal ne fait l’objet d’aucun motif légitime de précarité. La seule volonté des parties (Commune et adjointe) ne suffit pas à lui donner une légitimité (https://www.seban-associes.avocat.fr/laj/laj-80-janvier-2018). Nous ne connaissons donc pas la raison d’un tel prêt alors que c’est une obligation légale.

En question: transparence, solidarité et équité

Cette attribution pose plusieurs problèmes. Le premier est bien évidemment le manque de transparence d’une telle pratique. Nous avons appris,durant ce conseil, que ce n’était pas la première fois que le maire signait un tel octroi. Ce qui nous inquiète, c’est le refus de débattre démocratiquement au sujet d’une décision prise par délégation de pouvoir du conseil municipal. Il se doit de répondre aux questions des élus.

Le second concerne la priorité donnée a une élue sur un logement communal qui aurait pu être attribué à un employé communal ou à toute personne en situation de précarité. Cette décision apparait comme illégitime socialement. . La première adjointe semble disposer de moyens suffisants pour louer auprès d’une agence immobilière et laisser, par solidarité, ce logement à nos concitoyens en ayant le plus besoin. A commencer par les membres du personnel municipal, dont certains vivent dans des conditions plus précaires que notre adjointe.

Le troisième problème soulevé par cette attribution relève de l’avantage accordé à un élu, même si cela peut être admis par la loi. En effet, la redevance est de 238 euros. La location d’un logement du même type auprès d’une agence immobilière sur notre commune oscille entre 500 et 650 euros. L’avantage de prendre un tel logement est aisément calculé. Le simple fait que locataire n’a pas d’obligation d’entretien ni même de charges locatives peut être perçu comme un avantage supplémentaire important. Et pourtant, la Charte de l’élu local (CGCT, article L.1111-1-1) et son 2ème alinéa précise:  » L’élu local s’engage à ne pas utiliser les ressources et les moyens mis à sa disposition pour l’exercice de son mandat ou de ses fonctions à d’autres fins ». 

Morale de cette histoire…

Nous souhaitons rappeler à nos décisionnaires locaux les principes qui les ont un jour animé et porté au pouvoir. Le rôle d’un élu municipal, et son premier magistrat en premier lieu, n’est pas seulement l’application littérale de la loi, de façon automatique et sans mesure. Le rôle d’un élu local est de faire vivre notre République et ses valeurs d’équité et de solidarité.

Ce choix politique est hautement symbolique d’une façon contestable de gérer le bien commun. Nous nous démarquons d’une telle prise de décision. Nous nous engageons de notre côté à ce que les membres de notre association et nos élus mettent en lumière et dénoncent toute prise de décision qui apparaitrait contraire à notre éthique de transparence et d’équité sociale. Nous nous engageons à ce qu’à l’avenir, aucun membre de notre groupe et d’une future liste à une élection communale ne bénéficie d’une telle mesure sans que le motif ne soit une urgence sociale.