Étiquette : Centre de Loisirs

Enfants et périscolaire

Le périscolaire examiné à la loupe

Après notre enquête sur les tarifs des cantines, nous avons poursuivi nos investigations sur le coût des autres services et en particulier ceux concernant le périscolaire et les centres de loisirs. Un bilan en deux temps sans appel…

Budget des familles en danger à Combs !

Acte 1

Des services indispensables pour les familles

La journée d’un enfant ayant l’âge d’aller dans les écoles maternelles ou élémentaires commence, pour beaucoup, par une halte dans les centres d’accueil préscolaire. Elle se poursuit parfois par un temps à l’accueil postscolaire. Nos échanges avec les familles nous ont conduit à nous interroger sur le fait que de plus en plus de familles n’inscrivaient plus leur enfant à la cantine mais également dans les structures d’accueil périscolaire.

Pour comprendre les raisons objectives qui conduisent certaines familles à ne plus utiliser les services communaux, nous avons comme pour les cantines, cherché des informations auprès des communes limitrophes (Moissy-Cramayel, Quincy-sous-Sénart, Lieusaint) mais aussi des communes comme Brunoy, Brie, Noisiel, Yerres, Brunoy…Il suffit de chercher sur le net les tarifs périscolaire de la commune étudiée (introuvable pour Combs sur le net). Cette étude comparative est moins complexe à mener que pour la restauration scolaire (moins de paramètres à prendre en compte). Mais les différents chapitres de prestations sont pour le coup plus étendus et donc plus difficiles à relater dans un article court.

Toutes les communes sont soumises à des réglementations strictes afin d’encadrer les enfants par un nombre d’adultes suffisants aussi bien en accueil périscolaire qu’en centre de loisirs. Les paramètres qui pourraient expliquer des différences de prix seraient : la qualification, la rémunération des intervenants, la qualité des activités post scolaire et leur coût, l’amplitude horaire. Nous n’avons relevé aucun indice permettant d’affirmer que notre commune présenterait des conditions d’encadrement et d’activités supérieures aux autres communes. Un fois de plus, il nous est difficile de comprendre le prix de revient affiché de ces prestations.

Comme pour la restauration scolaire, le maire décide, par délégation de pouvoir obtenu en début de mandat, de l’évolution des tarifs sans les présenter au conseil municipal. Aucun vote ni aucun débat pour que les citoyens puissent demander des comptes au sujet des services indispensables pour les familles. Fort de ce droit, le maire se dispense de présenter la grille des tarifs au conseil municipal.

Des prix élevés par rapport aux autres communes

Notre analyse comparative nous conduit à faire plusieurs constats.

Certaines communes ne facturent pas le temps post scolaire après l’étude. Ce qui peut être un avantage. C’est le cas à Lieusaint ou à Brunoy. Les horaires sont souvent plus étendus, le matin comme le soir avec par exemple une heure limite du soir à 19h. Nous pourrions donc améliorer l’amplitude horaire en l’étendant à 19h. Le goûter est parfois intégré dans le prix de l’étude (Ex : Quincy) ce qui n’est pas notre cas. Plusieurs communes appliquent des tarifs dégressifs selon le nombre d’enfants inscrits. Et le cumul Matin /soir entraine des prix très attractifs pour nombre de communes étudiées, ce qui n’est pas notre cas. La majoration est un système qui existe majoritairement dans les communes. Mais la différence de taille qui nous caractérise est relative à la date limite d’inscription, aussi bien pour la restauration scolaire que pour les activités périscolaires ou les centres de loisirs qui est très contraignante. Ce qui n’est pas notre cas !

PréscolairePost scolaire longÉtude surveilléePost étude
Combs 0,931,312,10,76
Moissy1,41,41,340,84
Lieusaint0,80,940,45Intégré avec étude
Quincy0,30,90,9Intégré avec étude
Brunoy2,272,861,65Intégré avec étude
Yerres0,611,070,620,61
Noisiel0,630,790,490,39
Tranche 1 : tarifs comparés du périscolaire

Nos constats sont les suivants pour la tranche 1 : Plusieurs communes appliquent des tarifs plus bas que les nôtres. A Combs, l‘étude surveillée est particulièrement coûteuse pour les tranches les plus basses, donc pour les familles les plus démunies. La progression des tarifs est forte et cela dès la tranche 3. Nous dépassons alors les tarifs de la plupart des communes étudiées. Les tarifs sont alors très élevés par rapport aux autres communes. De plus, il n’y a pas d’étude surveillée pour les CE1, ce qui est préjudiciable, en particulier pour les enfants qui doivent assurer leurs bases en lecture et écriture. Cela s’explique une fois de plus par la volonté de faire toujours plus d’économies. Est-ce bien raisonnable et responsable ? Cette situation n’existe dans aucune commune étudiée.

L’étude de la tranche 10 est très significative de l’ampleur des écarts avec les communes voisines et le graphique ci-dessous montre combien les tarifs atteignent des sommets qui ne sont pas acceptables pour de nombreuses familles.

Tranche 10 : graphique à barres

Combs-la-Ville est champion toute catégorie pour les tarifs pré et post scolaire. Pour le pré et le post scolaire, les tarifs sont supérieurs à la moyenne des tarifs de ces 7 villes de 36 à 48 %. Les tarifs peuvent être 2, 3 fois plus élevés que ceux de certaines communes. Le préscolaire apparaît comme particulièrement onéreux. En prenant en compte les divers paramètres qui favorisent les familles (taux d’effort, nombre d’enfants inscrits, cumul des prestations), notre commune n’est pas attractive pour les familles et le coût des services est largement supérieur aux autres communes.

Des tarifs historiquement élevés

Intéressons-nous à l’évolution de ces tarifs depuis quelques années. En 2013, la réforme des rythmes scolaires a bouleversé l’organisation et les horaires du périscolaire. Les TAP (Temps d’activités périscolaires) vont être abandonnés à partir de 2017. Les systèmes de classification ayant changé, nous nous sommes concentrés sur les cinq dernières années, soit depuis 2017. Les tarifs ont dû se réadapter au nouveau mode de fonctionnement après une forte augmentation des tarifs entre 2013 et 2015 (+5 /6 %). En fait, nous pouvons constater que le problème des tarifs élevés du périscolaire est ancien et récurrent. Ni la réforme de 2013 puis son abandon ne peuvent expliquer des tarifs aussi hauts. L’évolution entre 2017 et 2019 a été marquée par une baisse puis une reprise de l’augmentation des tarifs depuis 2019. Le préscolaire est davantage impacté par une hausse notable. Cette hausse est plus importante que l’inflation qui est pour cette période de +4.4 %.

tranche 1Tranche 5Tranche 10
20170,872,314,77
20210,932,495,14
Évolution 6,45%7,22%7,20%

Difficile d’augmenter davantage des tarifs qui sont dès le départ trop élevés en particulier à partir de la tranche 3.

Des conséquences multiples et en chaîne…

Nous pouvons nous interroger sur le résultat d’une politique qui consiste à augmenter les tarifs des services municipaux, le plus souvent au-delà de l’inflation et de maintenir depuis de très nombreuses années des tarifs bien trop élevés pour de nombreuses familles. Certains parents ne sont plus en mesure de payer de tels tarifs. Les conséquences sont multiples:

  • la première concerne malheureusement les enfants qui sont les premières victimes de cette politique : moins de surveillance des jeunes, amoindrissement de l’encadrement et du soutien scolaire, perte de l’apport éducatif et pédagogique des structures périscolaires. Ce même constat se pose pour les centres de loisirs. Cette question est d’actualité. La montée de comportements violents de certains jeunes et de leur difficulté à partager et communiquer nous oblige à prendre en compte le rôle structurant de ces services publics municipaux dès le plus jeune âge.
  • La deuxième est d’ordre financier. La baisse de fréquentation se traduit par une diminution des dépenses de fonctionnement de la commune (objectif recherché). Mais l’effet indirect est que le prix de revient par usager gonfle au-delà du raisonnable (centre de loisirs, restauration scolaire…). Cela entraine du même coup, une fuite de certains usagers et de nouvelles augmentations tarifaires.
  • Enfin, l’attractivité et l’image de la commune est peu à peu ternie. En effet, la valeur des biens immobiliers est inférieure à celles des communes voisines. Les nouveaux arrivants qui ne sont pas renseignés sur les tarifs, l’offre réelle des services et leur qualité, l’offre médicale….en sont pour leur frais et font l’amère expérience d’une commune devenue, depuis plus de 15 ans, une ville non-attractive arc-boutée sur des idéologies politiques que nous pensions naïvement du siècle passé.

Il est donc nécessaire de sortir de cette logique dont le coût social est très important et qui a un impact sur l’attractivité de notre commune.

Signalétique EPHAD

Des choix qui montrent leurs limites !

Le choix d’implanter une maison de retraite de plus sur notre commune nous a conduit à nous interroger sur les priorités d’équipements et les problèmes soulevés par ces établissements.

De nombreuses structures existantes

Dans notre commune, quatre établissements accueillent nos anciens. Plusieurs EPHAD sont à dénombrer: la maison du grand Chêne (78 résidents), la résidence Les Patios de l’Yerres (54 chambres). Une maison Sénior vient d’ouvrir avenue de la République, la résidence DOMITYS – Les Notes Florales (110 logements). En construction, rue de Vaux-la-Reine, une résidence intergénérationnelle de 96 appartements.

EPHAD du Chêne
EPHAD du Chêne

La vente par la majorité municipale d’un nouveau terrain de près de 7000m2 s’accompagnera de la création d’une maison de retraite supplémentaire réservée aux travailleurs handicapés. Cette maison remplacera malheureusement le centre de loisirs élémentaire du Chêne, centre indispensable pour les jeunes ayant l’âge d’être sur les bancs des écoles élémentaires.

A ces établissements, il faut ajouter de nombreuses structures pour handicapés. La plus ancienne est le Foyer Résidence Sénart de l’Association des Paralysés de France (A.P.F.) installé depuis 1985 (51 places). D’autres structures existent comme Le Foyer Idalion (34 résidents), la Maison d’Accueil Spécialisée (MAS) pour autistes (36 personnes).

Foyer résidence de Sénart
Foyer résidence de Sénart

Formidable intégration de personnes âgées et de personnes en situation de handicap. Depuis 35 ans, notre commune s’est engagée dans une politique de mixité qui n’est pas négligeable et qui a été poursuivie par l’actuelle majorité municipale.

Et près de chez nous ?

Autour de nous, la situation est très différente. Savigny-Le-Temple est la commune qui, après notre ville, a le plus de structures sur son territoire. Elle possède deux établissements type EPAHD: Repotel et Solemnes (141 lits). Il n’y a pas de structure d’accueil pour des résidents handicapés. Toutefois, la MDPH 77 – Maison Départementale des Personnes Handicapées de la Seine-et-Marne y est installée . Existe également la Maison du Ginko (18 places) pour des personnes en souffrance psychique. Quincy-sous-Sénart, qui n’appartient pas à notre agglomération, a également plusieurs établissements pour personnes âgées.

Ainsi, pouvons-nous résumer la place prise par les établissements pour personnes âgées dans les autres communes de la manière suivante: un établissement par commune en moyenne lorsqu’il en existe. C’est le cas à Lieusaint et à Réau. Certaines communes n’ont aucune structure recensée (Moissy-Cramayel). En ce qui concerne les établissements spécialisés pour les handicapés ou les personnes souffrant de pathologies spécifiques, rares sont les communes qui en abritent.

Ainsi, notre commune de 22000 habitants présente-t-elle une situation particulière et hors norme du fait d’un nombre élevé d’établissements qui gèrent nos ainés ou des personnes en situation de handicap. Cette démarche à accueillir toujours plus d’établissements dans la commune pose la question des conséquences que cela a sur la vie sociale dans notre cité et sur notre capacité à en accueillir davantage.

EPHAD les patios de l'Yerres
EPHAD les patios de l’Yerres

Des conséquences trop importantes aujourd’hui

La première conséquence est le besoin de trouver des terrains constructibles pour accueillir ces établissements. C’est le cas pour ce nouveau projet de maison de retraite pour travailleurs handicapés. Projet qui va se faire en sacrifiant le centre de loisirs du Chêne. L’argument pour le justifier est son état vétuste. C’est de fait avouer que rien n’a été fait pour le mettre aux normes et le faire évoluer pour répondre aux besoins d’accueil des enfants de notre commune. Nous en avons fait l’analyse dans un précédent article.

La seconde conséquence, la plus visible de cette forme de discrimination positive, est de privilégier une tranche d’âge et une catégorie de population. C’est oublier les besoins de l’ensemble des habitants et des familles qui constitue la cité. Faute de moyens financiers et de volonté politique, notre commune manque de tout: pas d’aires de jeux digne de ce nom et en quantité suffisante, des centres de loisirs à bout de souffle, des structures insuffisantes allouées aux associations. Ces implantations se font donc au détriment de l’intérêt général et du développement des services publics.

Une troisième conséquence, moins évidente à voir, est particulièrement grave pour tous. En effet, les choix politiques de la majorité aggravent le déficit en personnel médical disponible pour les combs-la-villais. Ces populations âgées nécessitent un encadrement médical étoffé. Or nous sommes dans une situation qui devient impossible à gérer et à accepter. Il n’y a plus assez de médecins généralistes sur notre commune et le déficit s’accroit d’année en année. La fuite de nos médecins spécialistes, faute d’anticipation, est devenue criante. Il faut se déplacer dans les communes avoisinantes. Le Tzen ne desservant pas Combs-la-Ville, il est très difficile pour nos anciens de se rendre au pôle médical de Carré Sénart. Le refus du maire de créer une maison de santé et cela pendant des années n’a rien arrangé. De nombreuses communes voisines ont eu pour leur part une politique volontariste.

Une dernière conséquence, moins lisible, concerne la vie démocratique dans notre commune. Les habitants de ces divers établissements seront des redevables. Une forme de clientélisme qui sert de réservoir électoral. N’est-ce-pas une raison de plus qui explique que la majorité veuille étoffer toujours plus l’offre ?

Faire autrement sans rejeter

Cette politique doit être remise en cause. En effet, elle est souvent inadaptée aux besoins. Pour preuve, la maison Domitys peine à se remplir et n’atteint pour le moment que 40 % d’occupation. Et cela alors qu’une nouvelle maison de ce type s’ouvre à Quincy (Ce type d’établissement est un placement financier). La maison intergénérationnelle, en cours de construction, est située dans une zone inadaptée pour des personnes âgées, la pente de la rue est si forte qu’il sera impossible aux résidents âgés de rejoindre l’avenue de la République à pied.

Maison Sénior Domitys
Maison Sénior Domitys

L’inégale répartition des établissements pour personnes âgées se pose également au niveau national. Nous pensons qu’il est absolument nécessaire de penser à l’échelle du territoire, c’est à dire à l’échelle de notre agglomération. Une meilleure répartition de ces structures sur le territoire communautaire n’aurait que des vertus. De nombreux quartiers sortent de terre autour de notre commune du fait que les réserves foncières de ces villes y sont plus importantes.

Il faut donc penser à l’intégration et la mixité à l’intérieur de ses quartiers neufs en y implantant les établissements nécessaires aussi bien pour les ainés que pour les populations en situation de handicap ou de fragilité sociale. Concentrer et spécialiser une commune comme la nôtre dans l’accueil des séniors ou des handicapés est contre-productif. Cela ne peut que provoquer incompréhension et rejet alors que les besoins pour les familles et les enfants sont considérables.

Nous vous invitons à signer la pétition que nous avons lancée sur Change.org afin de contraindre la majorité municipale à prendre en compte les besoins des familles et des enfants.

Centre de loisirs du Chêne

Au cœur des débats: les Centres de loisirs

Alors que les fêtes de fin d’année ont eu lieu, nous avons cru que le projet de créer un nouveau centre d’accueil et de loisirs maternel était un joli cadeau pour la ville, mais loin de là…

État des lieux

Les centres de loisirs sont des équipements à la charge de la commune. Sur notre territoire trois lieux sont affectés aux maternelles: Beausoleil, La Noue, Le Soleil. Les élémentaires sont concentrés sur deux centres: Le Chêne, Le Soleil.

Cartographie des centres de loisirs
Cartographie des centres de loisirs

Ces centres ont des capacités d’accueil très inégales. Les habitants des quartiers Ouest sont particulièrement mal lotis en ce qui concerne l’accueil des élémentaires. La répartition sur notre territoire communal est depuis toujours un problème pour les parents qui doivent déposer leurs enfants dans des centres parfois très éloignés du domicile parental. Cela est d’autant plus compliqué lorsque les parents ont deux enfants de tranche d’âge différente puisque l’accueil se réalise dans des lieux opposés hormis pour le centre Le Soleil. Toutefois, ce dernier est particulièrement excentré.

Enfin, ces équipements sont anciens et les investissements sur ces équipements ont été réduits à l’essentiel depuis de nombreuses années. Le diagnostic du directeur technique de la commune, en particulier pour le centre du Chêne, est de fait un aveu. Faute de crédits et de moyens, ces centres sont un des parents pauvres de notre commune. Le projet présenté lors du conseil municipal du 14 décembre répond-il aux problématiques soulevé par cet état des lieux ?

Le Chêne : Petite histoire d’un projet

Tout débute en novembre 2016. Le maire présente en novembre une délibération (n°10) dans le cadre du programme de travaux 2016-2020 du conseil départemental. Trois priorités sont définies. la première est le financement de la piscine. La deuxième priorité correspondait à l’agrandissement du centre de loisirs Le Chêne . La somme des travaux projetée pour le centre de loisirs était de 750 000euros HT. La phase d’étude était à l’époque en A.P.D (avant-projet définitif), c’est à dire la phase qui précède celle du projet avec les plans d’exécution. Un projet qui était donc déjà bien avancé puisque la réalisation était prévue pour 2017. Le projet de rénovation de la piscine, devenu centre aquatique, a été un gouffre financier qui a dépassé le budget prévu. Il a de fait empêché de réaliser ces travaux puisque l’ensemble des divers financements ont été affectés au centre aquatique (première priorité du programme de travaux 2016-2020).

tableau des projets département
Tableau de la délibération 10 de 2016

Quatre ans plus tard, lors des commissions préparatoires au conseil municipal du 14 décembre dernier, nous avons découvert le nouveau projet de création d’un accueil périscolaire et de loisirs dans l’enceinte de l’école du Chêne. Ce projet était en 2016 inscrit comme la troisième priorité.

Ajouter un centre pour les maternelles est positif et nous y sommes favorables. Mais aucune concertation n’a eu lieu en amont avec les directrices du groupe scolaire du Chêne, les fédérations de parents d’élèves donc des enfants qui en sont les usagers, ni avec les personnels du centre de loisirs. Ils ont appris cette information lorsque nous avons cherché à en discuter avec eux.

Nous nous sommes alors interrogés sur la raison de l’installer dans l’enceinte de l’école. Un doute s’est alors insinué : que va devenir le centre de loisirs du Chêne ?

Un cadeau qui n’en n’est pas un !

Malheureusement nos inquiétudes se sont révélées justifiées. suite à nos questions insistantes en commission, le maire a expliqué que le centre de loisirs du Chêne va disparaitre. La ville va vendre les 7000m2 du terrain du centre à l’association IpSIS qui y fera édifier une maison de retraite pour des salariés handicapés. Un projet immobilier de plus sur les surfaces dédiées à nos jeunes après la disparition de 1.5 hectares du parc central derrière la piscine.

Nous ne sommes pas opposés à ce que des projets en faveur de personnes en situation de handicap se réalisent. Mais cela ne doit pas se faire au détriment des jeunes de notre ville. Exit le centre et son espace vert pour nos enfants. Une fois de plus les enfants ne sont pas la priorité de la majorité.

En effet, le maire a précisé que les enfants de l’élémentaire iront au centre de loisirs Le Soleil: « nous procèderons à un certain nombre d’aménagements voire d’accroissement des locaux disponibles « . Un regroupement qui concentre de nombreux enfants dans un même espace, sur une portion du territoire. Cela ne répond pas aux besoins d’une meilleure répartition géographique. La capacité du centre actuel va être rapidement insuffisante. En 2016, il était déjà nécessaire d’agrandir. Sans oublier que de nombreux projets immobiliers vont accroitre les besoins en matière d’accueil d’enfants.

Centre de loisirs Le Soleil
Centre de loisirs Le Soleil

.

Agissons contre cette vente

Si il doit y avoir une maison de retraite pour les handicapés, elle ne doit pas se faire en opposant les uns aux autres. Les intérêts des enfants et des familles doivent être préservés. Cette maison de retraite doit être réalisée dans un espace encore disponible au sein de notre agglomération. Et nous soutiendrons avec vigueur ce projet.

Malheureusement, ce choix politique a déjà eu lieu dans le passé. Ce n’est donc pas un coup d’essai mais une récidive. En effet, souvenons-nous de l’ancien accueil pour ados de la ferme des violettes. Cet espace Pré-Ados en très mauvais état, point de repère pour bon nombre de jeunes de la commune, aurait pu faire l’objet d’un projet. Situé, non loin du centre de loisirs du Soleil, il bénéficiait d’un très grand espace (6200m2), idéal pour le développement d’activités pour la jeunesse. Mais il a été décidé, sans tenir compte de l’avis des professionnels de l’époque, de concentrer toutes les structures jeunesse en un seul et même endroit, pour raser le bâtiment et mettre l’ensemble des terrains en vente au profit d’un programme immobilier.

Le maire a ainsi vendu en 2013 ce vaste terrain communal pour la somme de 309 250euros. Cela a permis de construire pas moins de 3 immeubles, allée François Villon, au milieu d’un quartier pavillonnaire que Guy Geoffroy qualifia « d’opération douce« .

Allée François Villon
Allée François Villon

Les caisses sont vides, la majorité continue de vendre les quelques espaces disponibles appartenant à la commune. Et même s’ils ne semblent pas disponibles, ils peuvent le devenir ! Ces deux exemples, la ferme des violettes et maintenant le centre de loisirs du chêne, en sont la preuve. Il est urgent de combattre ce mode de gestion et de déconstruction de la ville. Agissons pour contrer ce projet opposé aux intérêts des familles.

Le prochain article vous présentera nos propositions qui ne sont pas celles de la majorité actuelle et les actions que nous allons mener avec votre soutien.