Étiquette : Aires de jeux

Rencontre au champ de foire : banderole

Oui c’est possible, alors continuons ensemble !

Le maire et sa majorité ont renoncé à un projet de création d’un champ de foire au cœur du parc central et du nouveau quartier d’habitation du centre aquatique. L’histoire du refus des habitants et de l’action sur le terrain de notre association

Le renoncement de Guy Geoffroy et de sa majorité

Le constat que le maire amorçait un changement rapide et sans précédent depuis son élection est apparu le mercredi 8 septembre dans les boîtes aux lettres des habitants de ce quartier concerné directement par ce champ de foire. Un projet destructeur et nuisible pour la qualité de vie et la conservation de la trame verte (parc central).

Banderole dans le parc central
Banderole dans le parc central

Le maire a fait distribuer, par les agents municipaux, une lettre écrite en urgence pour éteindre une colère et une indignation grandissante. Ce rejet, à la fois de la méthode et des conséquences négatives, une fois de plus, sur le cadre de vie des Combs-la-Villais, a été lisible par tous sur les réseaux sociaux. Cela a permis de relayer notre publication et les actions menées par notre association.

Lettre aux habitants du quartier du 8 septembre : recto

En effet, nous avons agi le plus vite possible afin d’alerter (article sur notre site), informer (tractage et échange à la sortie du forum) et s’opposer (pétition sur change.org).

Rapport de la commission de procédure adaptée (p.2)

Le début des travaux était déjà programmé en septembre pour une durée de 2 mois !

Présents au forum pour échanger et informer

Votre indignation spontanée s’est traduite sur le site par la pose d’affiches et de messages de colère. La diversité des arguments a été particulièrement intéressante et a montré à quel point les habitants veulent débattre. Au final, cela a payé et vous en avez été les acteurs !

Les citoyens se rebiffent
Les citoyens se rebiffent

Nous l’avions rêvé ensemble et autrement, c’est donc fait !

Nous pouvons tirer une leçon de ce qui vient d’arriver. Il se résume en quelques lettres : E S P O I R !

En effet, depuis 27 ans, le maire a par des moyens bien appropriés, fait croire aux citoyens qu’il est inutile de demander des comptes et de réclamer un véritable débat. Peu à peu, le sentiment de fatalité des uns, la peur des autres qu’une prise de position contradictoire se termine par des pressions et des conséquences sur sa vie personnelle, ont anesthésié toute forme de combat. Le manque de volonté des oppositions politiques, usées par l’inertie, ont alors plongé la ville sous une chape de plomb. Et vous êtes en train de la faire sauter !

Et la transition écologique dans tout cela ??
Et la transition écologique dans tout cela ??

En définitive, le maire et sa majorité ont été incapables de contredire nos arguments factuels (46 pages du rapport de la commission de procédure adaptée) et vos slogans utilisés pour dénoncer la nature exacte d’un tel projet.

le rejet d'un projet sans concertation
Le rejet d’un projet sans concertation

Une écriture surréaliste de la réalité …

Pour justifier ce projet et son changement de cap, le maire nous a raconté une « histoire » différente de celle qui s’est déroulée :

  • Le maire reconnait implicitement un projet qui n’a jamais été concerté
  • Il admet que ce dernier a été prévu dans le parc central
  • Il justifie ce choix d’implantation par la proximité du poste de la police municipale (poste fermé à 18 h et le week-end, donc logiquement sans fondement)
  • Il considère par son propos que cette dépense de près de 159 300€ est nécessaire pour recevoir 3 semaines par an une fête foraine et potentiellement un cirque « deux ou trois fois chaque année » (dans la réalité une fois/an). Un choix contestable alors que la majorité municipale n’est pas en mesure de réaliser des aires de jeux dignes de ce nom dans ce même parc et dans la ville
  • Il oublie de dire que le non-respect de son engagement dans le cadre du pacte de transition écologique allait faire beaucoup de bruit. Nous avions préparé un courrier dénonçant ce projet car il est président des Eco maires
  • Il invente des justifications techniques nouvelles qui ne sont pas précisées (et pour cause) alors même que les travaux devaient être engagés
Un autre argument à prendre en compte
Un autre argument à prendre en compte !

Le combat continue avec l’espoir chevillé au corps !

Nous ne pouvons que nous réjouir de ce premier résultat qui permettra aux riverains de conserver leur tranquillité, et à l’ensemble des combs-la-villais, leur trame verte toujours en danger.

En guise de conclusion
En guise de conclusion

Alors oui, en osant, en réclamant, en partageant, en diffusant une autre réalité que celle du maire et de sa majorité, il est possible faire plier ceux qui se croient dépositaires ad æternam du pouvoir de décider sans concertation et sans débat démocratique. Nos échanges avec vous samedi dernier dans le parc central nous motivent pour poursuivre dans cette voie.

Cependant, n’oublions pas que le maire ne dit pas qu’il abandonne son projet couteux alors que ce n’est pas une priorité et que rien n’est fait pour les enfants, les jeunes, les familles ! Où sera installé ce champ de foire ? Le parking de l’A.P.F ne sera pas perméable (contrairement aux engagements écologiques du maire).

Débat au parc central le 11 septembre
Débat au parc central le 11 septembre
  • Exigeons l’abandon complet du projet de champ de foire
  •  Proposons la protection stricte de nos espaces verts dans le cadre du futur PLU
  •  Demandons que les fonds prévus servent à réaliser des aménagements utiles comme des aires de jeux
Rencontre parc central 11 septembre : échanges par petits groupes
Rencontre parc central 11 septembre : échanges par petits groupes

Rejoignez-nous car d’autres combats nous attendent dès à présent. Ils vont nécessiter une mobilisation de tous.

Unissons-nous contre la vente du centre de loisirs du Chêne. Agissons ensemble et restons en contact ! Une nouvelle ère vient de s’ouvrir pour les combs-la-villais…

100000€ ???est-ce possible ...

Aire de jeux, aire de rien !

Dès que les travaux ont commencé en juillet, nous nous sommes réjouis de la réinstallation d’une aire de jeux dans le parc central. Les besoins des familles et des enfants semblaient enfin pris en compte après tant d’années d’abandon. Et pourtant…

Notre imagination nous a-t-elle joué des tours ?

A la lecture du journal « Rencontre » du mois de mars 2021 (p.13), alors même que notre association avait lancé une pétition pour la création de nouvelles aires de jeux, nous nous sommes mis à rêver.

P.13, journal "Rencontre de mars 2021
P.13, journal « Rencontre de mars 2021
et l’annonce d’un budget de 100 000€

Ce que nous vous avions proposé dans notre article du 11 janvier 2021, c’était l’installation de nouvelles aires de jeux sur l’ensemble du territoire communal avec un budget pluriannuel pour les réaliser. Nous avons donc imaginé pour le parc central, à la lecture du journal communal, une aire de jeux :

  • Bien délimitée dans laquelle nos enfants seraient en parfaite sécurité (clôture, accès réservé aux seuls piétons et poussettes)
  • Totalement sécurisé au sol sur la totalité de la surface permettant d’éviter les accidents et les petits bobos (synthétique souple)
  • Donnant envie et qui offre un espace suffisant pour qu’enfants et parents se sentent en confiance
  • Offrant de multiples activités dont la conception serait bien pensée, fonctionnelle et ludique (à l’image de ce château fort de l’aire de jeux du parc de Moissy-Cramayel)
  • Permettant aux parents de se poser et d’échanger dans la convivialité, assis sur des bancs ou des sièges urbains en bon état
  • Intégré dans un environnement sain et agréable, une sorte de cocon douillet
Type de structure de jeux multiples : aire de jeux , Niort
Type de structure de jeux multiples et sécurisé :
aire de jeux à Niort

Notre rêve à l’horizon de la fin d’été allait prendre forme puisque le maire avait prévu 100 000€ de travaux. Une somme tout à fait nécessaire pour réaliser une belle aire de jeux selon les normes actuelles et répondant aux attentes des habitants.

Une tout autre réalité au parc central !

La découverte de l’aire de jeux du parc central nous a fait sortir brutalement de nos doux songes ! En lieu et place d’une aire de jeux flambante neuve, les anciens jeux ont été réinstallés. Certes, cette réinstallation permet aux enfants de s’amuser mais cela est loin de nous faire rêver. Nos propositions et ce que nous souhaitons pour les combs-la-villais sont bien loin d’être réalisées :

  • Pas de trace de clôture
  • Pas davantage de sol global et sécurisant mais de la terre et des cailloux entre les jeux comme au parc Chaussy (pas certain que cela soit adapté !)
Après les travaux : les jeux alignés
Après les travaux : les jeux alignés
  • Moins de sol synthétique et souple, seule la petite surface de chaque jeu en est dotée
  • Des jeux anciens et en nombre insuffisant compte tenu du nombre de familles avec enfants habitant le secteur.
  • Cerise sur le gâteau : cette aire de jeux sera bordée par un champ de foire et sa belle dalle de bitume de 2100m² dont personne n’avait entendu parler, histoire de réchauffer l’atmosphère des chaudes journées d’été.
Aire de jeux : avant les travaux
Aire de jeux du parc central :
avant les travaux

Cette aire de jeux est-elle vraiment terminée ? Devait-elle être ouverte au public alors que tout reste à faire ?

P.12 Journal "Rencontre" septembre 2021
P.12 Journal « Rencontre » septembre 2021:
un chantier sommairement sécurisé.

Durant les travaux, le chantier a été grossièrement sécurisé. Une question nous a alors taraudés. Où sont donc passés les 100 000€ qui devaient permettre de réaliser une aire de jeux de qualité ? Auraient-ils été utilisés pour réaliser le champ de foire ? Est-ce encore un tour de passe-passe comme le maire et sa majorité en ont la recette ?

COMMISSION DE PROCÉDURE ADAPTÉE 20 JUILLET 2021
RAPPORT, p.2

La question de la sécurité de nos aires de jeux se pose légitimement. Dans le journal « Rencontre » de septembre (p.12), la majorité municipale a cherché à rassurer les utilisateurs. Tout serait sous contrôle. Or, dès la semaine dernière et à peine installée, un accident se serait déroulé dans la structure la plus importante de cette aire de jeux du parc central, nécessitant une intervention des pompiers. Au vu des photos de cette aire de jeux du parc central, nous sommes dubitatifs et nous nous interrogeons sur les priorités de cette majorité. Nous ne pouvons qu’attendre une sécurisation de l’aire et une clôture de l’ensemble comme c’était le cas auparavant.

Avant les travaux, un espace plus sécurisé et un sol adapté
Avant les travaux, un espace plus sécurisé et un sol mieux adapté

Ainsi, cette aire de jeux n’est en définitive qu’un mirage, une promesse du maire de plus qui ne sera pas honorée. La communication bien rodée de la majorité est de faire croire. Cela est malheureusement le cas depuis de très nombreuses années. Nous ne pouvons que le déplorer et espérer qu’enfin les besoins des familles soient entendus, aussi bien au sujet des aires de jeux que pour les services municipaux aux tarifs exorbitants, qui se réduisent année après année comme peau de chagrin.

Agissons !

Rencontrons-nous derrière la piscine

(Parc central)

Samedi 11 septembre de 11h à 16h

Signez la pétition sur change.org : https://chng.it/sBgT5BGfRY

Bilan après un an

Un an déjà et un premier bilan !

Cliquez-ici si vous souhaitez la version longue et détaillée de l’article

L’association « Ensemble Autrement ! » est née il y a tout juste un an. Journal de bord d’une année bien chargée qui permet de faire le point.

Une de nos missions importante : informer et lancer des alertes

La majorité municipale n’a pas laissé de place pour un débat consensuel. La mission de l’association a donc été de diffuser et partager nos informations afin de vous permettre d’avoir un autre regard sur les premières décisions de ce nouveau mandat. Nos enquêtes ont pour objectif de vous informer, de vous proposer des pistes de réflexions et d’ouvrir le débat.

Journal de bord de l’association : Des informations clés

2020

Juin / Crise sociale : Augmentation des indemnités des élus de + 54 000€ / an. S’indigner

Aout / Baisse des aides aux associations communales : Sport – 21% entre 2012 et 2019, Culture division des subventions par 4 en 12 ans. Alerter

Septembre / Centre nautique : 12.240 M €, vente + de 10 M € du patrimoine communal, endettement en hausse qui passe de 6 M € en 2000 à 14.5 M € en 2021. Alerter

12 ans pour réaliser le centre aquatique
au coût exorbitant

Octobre / Attribution d’un logement communal à la première adjointe en plus d’une augmentation de 37% de son indemnité. S’indigner

Novembre / Vie démocratique : recul du droit des citoyens (2 Conseils de quartiers au lieu de 5, réduction des domaines de compétences) S’indigner

Décembre / Multiplication du trafic de stupéfiant alors que des postes de policiers municipaux (3) ne sont pas pourvus depuis des mois. Alerter

Vente de drogue: signalétique à Combs-la-Ville

2021

Étrennes du jour de l’an / Mise en vente du centre de loisirs du Chêne et de ses 8000 m2 de terrain. Patrimoine et services publics sacrifiés. S’indigner

Janvier / Aires de jeux : aucun investissement depuis 10 ans, seules deux aires sont encore en état. Alerter

Remise de la pétition
Remise de la pétition sur les aires de jeux

Fin janvier / Découverte d’un détournement de fond de 623 000 € utilisé avec une astuce comptable pour améliorer nos comptes. S’indigner

Février /   Restauration scolaire : tarifs + 30 % par rapport aux communes avoisinantes en moyenne et peu de bio. Trop couteux, de plus en plus d’enfants ne peuvent y accéder. S’indigner

évolution comparée cantine
évolution comparée cantine

Début Mars / Budget 2021 : baisse drastique du budget de fonctionnement (- 7 %) : moins de services publics, des tarifs en hausse pour les familles (+ 2,7 % cette année), des voiries et équipements à l’abandon. Alerter

1/2 Mars / Périscolaire : tarifs pré et post scolaire (+ 36 à 48 % plus cher pour les familles / à la moyenne des tarifs des 7 villes tests). S’indigner

Fin Mars / Centres de loisirs : Tarif + 40 % comparé à la moyenne des 6 villes tests pour une journée et de 55 % pour une demi-journée (augmentation x 2 comparé à l’inflation. S’indigner

Prix en €

Avril / Gestion et COVID : Pas d’aide pour nos petits commerçants mais attribution de 42315 € à la société qui a réalisé le centre nautique. S’indigner

Mai / Service jeunesse : chute de la fréquentation, des budgets, de l’encadrement, des activités, disparition des séjours. Alerter

Actions et nouvelles perspectives

Notre pétition sur les aires de jeux a été remise au maire (près de 700 signatures). Nous attendons un rendez-vous à ce sujet. Pour le moment, seuls deux bancs ont été ajoutés dans l’allée des princes (« Rencontre » p.8) pour 1900 €. Cela ne répond pas aux besoins.

Le président, la vice-pésidente et le secrétaire d'Ensemble autrement
Le président, la vice-présidente et
le secrétaire d’Ensemble Autrement

Nos enquêtes sur le prix des cantines, du périscolaire, des centres de loisirs ont été particulièrement consultées. Elles ont permis de lancer le débat. Les fédérations de parents d’élèves se saisissent de cette question. Un questionnaire est proposé en ligne par la F.C.P.E de Combs-la-Ville depuis quelques jours. Nous soutenons une telle initiative qui est complémentaire à notre travail et qui ne peut que servir le bien commun.

Nous allons poursuivre notre diagnostic thématique et réaliser dès la rentrée scolaire des actions sur le terrain le plus participative possible.

A l'accueil de la mairie, remise de la pétition
A l’accueil de la mairie,
remise de la pétition

Contactez-nous pour débattre et agir ensemble.

Un an déjà et un premier bilan !

(article version longue)

Ensemble autrement est né il y a tout juste un an. Journal de bord d’une année bien chargée qui permet de faire le point.

L’une de nos missions importante : informer et lancer des alertes

La majorité municipale gouverne cette ville depuis près de 30 ans. Malgré un renouvellement important de ses membres, elle est malheureusement toujours loin de s’ouvrir aux idées et propositions différentes des siennes. Cette première année d’un 6ème mandat n’a pas laissé de place pour un débat apaisé et consensuel.

La mission de l’association a donc été dans un premier temps de diffuser et partager les informations collectées afin que ces éléments factuels vous permettent d’avoir, en toute connaissance de cause, un regard critique (positif ou non) sur les choix politiques pris pour notre commune par la majorité au pouvoir. Il nous a donc fallu mettre en place des outils pour communiquer avec les combs-la-villais, d’autant plus utiles que la pandémie nous a fortement freinés pour venir à votre rencontre. Pour cela nous avons créé un site internet afin de publier un article chaque semaine, une page Facebook que nous avons associée à un rendez-vous mensuel (Facebook live), et un magazine papier distribué dans vos boîtes aux lettres (Le Mag).

Notre mission est d’autant plus importante qu’une chape de plomb pèse sur notre ville. Nos enquêtes ont pour objectif de réaliser, dans tous les domaines, un premier diagnostic de la situation de notre commune. Notre mission est donc de vous informer, vous alerter, vous indigner des dérives découvertes à travers nos travaux. Cela afin d’être en mesure de vous proposer des pistes de réflexions, d’ouvrir le débat pour faire autrement, ensemble.

Journal de bord de l’association : Des informations clés

Cette présentation synthétique permet de comprendre l’état d’esprit de la majorité municipale. Un résumé qui montre combien nous sommes attachés à vous proposer des informations concrètes pour que vous puissiez appréhender la situation de la commune.

2020

Juin / Première décision après l’installation du nouveau conseil municipal : augmentation des indemnités des élus en pleine crise sociale de + 54 000€ / an. S’indigner

Aout / Notre première enquête sur les associations à Combs-la-Ville : Baisse drastique des aides (-21% entre 2012 et 2019 pour le sport). Division par 4 des subventions pour la culture en 12 ans. Alerter

Septembre / Coût réel du centre nautique : 12,240 M € , vente + de 10 M € du patrimoine communal , endettement en hausse de 6 M € en 2000 à 14,5M € en 2021. Alerter

12 ans pour réaliser le centre aquatique
au coût exorbitant

Octobre / Découverte de l’attribution d’un logement communal à la première adjointe alors que son indemnité a augmenté de 37 % et que sa situation n’est pas précaire. S’indigner

Novembre / Droit de participer à la vie démocratique remis en cause : recul du droit des citoyens (2 Conseils de quartiers au lieu de 5, réduction des domaines de compétences) S’indigner

Décembre / Multiplication des faits divers, des drives et du trafic de stupéfiant sur notre commune : Découverte que des postes de policiers municipaux (3) ne sont pas pourvus depuis des mois, salaires en berne. Confirmation par notre enquête publiée en mai 2021. Alerter

Vente de drogue: signalétique à Combs-la-Ville

2021

Étrennes du jour de l’an / Découverte de la vente d’un équipement public : mise en vente du centre de loisirs du Chêne et de ses 8000 m2 de terrain. Patrimoine et services publics nécessaires aux familles sacrifiés. S’indigner

Janvier / Enquête sur les aires de jeux : aucun investissement important depuis 10 ans, seules deux aires sont encore en état. Alerter

Remise de la pétition
Remise de la pétition sur les aires de jeux

Fin janvier / Enquête sur la bonne gestion de bon père de famille : découverte d’un détournement de fond de 623 000 € et de son utilisation comptable pour améliorer nos comptes. S’indigner

Février  Vaste enquête sur la restauration scolaire : des tarifs +30% par rapport aux communes avoisinantes en moyenne et des repas de piètre qualité (peu de bio). Trop couteux, de plus en plus d’enfants ne peuvent y accéder. S’indigner

évolution comparée cantine
évolution comparée cantine

Début Mars / Budget de cette année 2021 : baisse drastique du budget de fonctionnement (- 7 %) après des années de baisses (- 2,5 % / an depuis plusieurs années) et peu d’investissement. Cela veut dire moins de services publics et des tarifs en hausse à la charge des familles (+ 2,7 % cette année), des voiries et équipements à l’abandon. Alerter

1/2 Mars / Publication de l’enquête sur le périscolaire : Combs-la-Ville est champion toute catégorie pour les tarifs pré et post scolaire (+ 36 à 48 % plus cher pour les familles comparé à la moyenne des tarifs des 7 villes tests). S’indigner

Fin Mars / Enquête sur le tarif et les activités des centres de loisirs : Même constat que pour les autres services. Tarif de 40 % supérieur à la moyenne des 6 villes tests pour une journée et de 55 % pour une demi-journée. Forte baisse des budgets et augmentation des tarifs deux fois plus forte que l’inflation. S’indigner

Prix en €

Avril / La gestion en question et l’alibi du COVID : Pas d’aide pour nos petits commerçants mais l’attribution d’une somme de 42315€ à la société qui a réalisé le centre nautique, société qui appartient à un groupe qui fait 320 M € de chiffre d’affaires. S’indigner

Mai / Nouvelle enquête sur le service jeunesse dont la fréquentation s’est effondrée : baisse des budgets, encadrement insuffisant, peu d’activités et disparition des séjours, projet pédagogique insuffisant et peu adapté à la jeunesse actuelle. Alerter

Actions et premiers résultats

Dès que cela a été possible, nous sommes allés à votre rencontre, en particulier à la sortie des écoles. Les confinements ne nous ont pas facilité la tâche.

Le président, la vice-pésidente et le secrétaire d'Ensemble autrement
Le président, la vice-présidente et
le secrétaire d’Ensemble Autrement

Nous avons lancé une pétition sur les aires de jeux, dès le mois de janvier, qui a récolté près de 700 signatures. Nous avons remis la pétition au maire et nous attendons un rendez-vous à ce sujet. Peu d’avancée pour le moment mais la majorité a entendu le message. Dans le journal « Rencontre » du mois de mars (p.13), il est fait mention de la réinstallation de l’aire de jeux du parc central (100000€ de travaux ). Restons vigilants et en alerte car pour le moment, seuls deux bancs ont été ajoutés dans l’allée des princes (« Rencontre » p.8) pour 1900€. Cela vaut mieux que rien mais ne répond pas aux besoins urgents.

A l'accueil de la mairie, remise de la pétition
A l’accueil de la mairie,
remise de la pétition

Nos enquêtes sur le prix des cantines, du périscolaire, des centres de loisirs ont été particulièrement consultées. Elles concernent le quotidien des familles et une préoccupation majeure pour le pouvoir d’achat des familles et la qualité de vie des enfants. Elles ont permis de lancer le débat. Il était donc particulièrement légitime de vous écouter et d’enquêter sur ces sujets. Nous nous réjouissons de constater que les fédérations de parents d’élèves se saisissent de cette question et qu’un questionnaire est proposé en ligne par la F.C.P.E de Combs-la-Ville depuis quelques jours. Nous espérons que la majorité, qui a augmenté les tarifs bien au-delà de l’inflation, décidera de changer de cap. Nous sommes convaincus que les fédérations de parents d’élèves ont un rôle majeur à jouer pour que les familles soit enfin écoutées et défendues.

Améliorer nos résultats, nouvelles perspectives

Cette deuxième année sera celle de la poursuite de notre diagnostic thématique, de nombreux sujets n’ont pas été encore abordés. Notre site et notre Mag vont évoluer, vous le découvrirez très vite. Une nouvelle formule de Facebook live plus dynamique et interactive sera mise en œuvre dès le mois de septembre.

Nous allons également réaliser dès la rentrée scolaire des actions sur le terrain, les plus participatives possible. Plusieurs projets sont à l’étude et vous serez rapidement informés afin d’y être associés. Nous allons donc passer à la seconde étape de notre projet associatif, celui du passage du diagnostic à la réalisation de nos premières actions. Nous aurions aimé aller plus vite, mais il a fallu nous armer de patience pour être en mesure de proposer des actions qui correspondent à nos diagnostics. Nous pensons avoir déjà mis en place les bases pour agir en nous structurant et en préparant le travail au sein de comités thématiques.

Nous souhaitons être en mesure de vous mobiliser pour exiger une autre politique, en manifestant notre opposition raisonnée à la hausse constante des tarifs des services municipaux, à la vente de notre patrimoine et de nos équipements publics, à la baisse des budgets et sur le fait que de nombreux postes d’agents municipaux ne soient pas pourvus.

Nous espérons que tous ceux qui adhèrent à nos principes viendront nous rejoindre au sein de notre association, en tant que membre actif ou tout simplement en tant que sympathisant, pour débattre, agir et construire ensemble, autrement.

Lien bulletin adhésion en ligne

Parc Chaussy dans la boue

Que sont devenues nos aires de jeux ?

L’état de nos aires des jeux révèle une réalité peu glorieuse. Qu’en est-il réellement ?

Pauvreté de l’offre et insécurité

Près de 2000 enfants ont moins de 11 ans dans notre commune. Il y a encore quelques années la commune possédait neuf aires ouvertes en libre accès aux familles. Désormais, le parc des aires de jeux urbains disponibles est mal réparti sur le territoire communal, vieillissant et de plus en plus inadapté. Aucune signalétique dans la ville et sur le plan distribué chaque année aux habitants n’est disponible pour les trouver. En effet, l’état actuel de ces aires de jeux explique cela. Pouvons-nous en être fiers ?

Aires de jeux à Combs

Aucune de ces structures n’est clôturée pour assurer une sécurisation des lieux (sauf le square Idalion). Les revêtements de sols ne permettent pas une utilisation continue. Il suffit de voir la boue de l’aire de jeux au parc Chaussy pour se rendre compte qu’elle est impraticable une grande partie de l’année. En terre battue et sans accès piétonnier, elle ne répond pas aux normes actuellement requises. Seule l’aire de jeux du quartier de la rue d’Icare et celle du parc J.Chirac possèdent un revêtement synthétique sécurisant de taille convenable. Certaines aires montrent leur indigence criante: celle de l’allée des princes, du square Idalion et de la frégate Boudeuse (pauvreté du nombre de jeux), celle également du parc A.Mimoun (bancs inutilisables dont il ne reste que les montants métalliques, jeux en bois usés…).

Banc de l'aire de jeux A.Mimoun
Banc de l’aire de jeux A.Mimoun

Plusieurs aires de jeux ont également été démontées. Dans certains cas, des programmes immobiliers ont occupé l’espace mis à disposition des enfants : aire des Brandons et celle du parc central. Face à l’augmentation de la population en habitat collectif et l’émergence de nouveaux besoins, il n’y a pas eu de remise à niveau des équipements. L’offre est donc en constante diminution.

Le bilan est donc sans appel : seules deux aires répondent aux attentes des usagers. Celle de la rue Icare qui appartient à l’office HLM (pas à la ville) et a été financée en partie par la région et celle du parc J.Chirac. Deux ont disparu, les cinq dernières montrent des insuffisances inquiétantes, sont pauvrement dotées et ne donnent aucunement envie de se poser et de jouer en famille (encore faudrait-il des bancs !). Aucun investissement d’importance n’a été réalisé depuis plus d’une décennie.

Aire de jeux allée des princes
Aire de jeux allée des princes

A Combs, le bien-être des enfants n’est plus une priorité

Il n’y a pas de politique d’aménagement de la ville qui permette de répartir les équipements sur le territoire. Faute de contraintes imposées par le PLU, les constructions nouvelles aggravent la situation en n’obligeant ni la commune, ni les promoteurs, à créer d’espaces ludiques. C’est le cas des derniers programmes comme celui des Brandons. Les aires de jeux sont absolument nécessaires et participent à une obligation de service public. Ça n’est manifestement pas la priorité de la majorité alors que 45% de la population vit dans des immeubles.

Aire en bon état de la rue Icare
Aire en bon état rue Icare

Se pose la question des moyens budgétaires et de la priorité donnée aux enfants et aux familles dans notre commune. En effet, les dernières décisions prises par la majorité municipale sont édifiantes. Pour rappel, nous vous avions déjà alerté sur la disparition programmée du centre de loisirs du Chêne. Cela vient s’ajouter à la disparition des séjours de vacances pour les jeunes qui étaient autrefois proposés aux familles.

Le programme de Guy Geoffroy, soutenu par l’ensemble des membres de la majorité municipale, résume assez bien la situation : pas de changement de cap, pas de nouvelles aires de jeux programmées ( P.8/9 ). Et pourtant, dans les communes avoisinantes, la situation fait souvent rêver !

Mais ce serait pourtant possible à Combs !

Inutile de multiplier les exemples. Prenons au sein de notre agglomération, celui de Moissy-Cramayel, ville voisine de 18000 habitants. Un travail de fond est réalisé depuis quelques années en direction du bien vivre des enfants et des familles. En 2018 a été inaugurée une très belle aire de jeux dans le parc des marronniers. Cet équipement a été complété par la création, un an plus tard, rue des marais, de l’aire de jeux des Grès en 2019. Les enfants ont le plaisir de se dépenser au sein d’un château fort. Équipement qui a coûté 100 000 euros sur une surface de 195 m2.

La ville a également offert aux jeunes moisséens un skate-park à proximité du complexe sportif André-Trémet. Ce nouveau centre de loisirs de 540 m² est en accès libre à partir de 8 ans depuis le mois d’octobre 2020. Il est le résultat du travail du conseil local junior. Nous n’en sommes pas là dans notre commune car notre Conseil Communal de Jeunes Citoyens (11-17 ans) n’a pas de réel pouvoir de délibération. Faute de volonté politique, nous sommes donc loin de telles réalisations. Notre maire juge la création d’un Skate-park trop dangereux ! N’oublions pas que le skate sera sport olympique en 2024. Que peuvent en penser les jeunes ?

Des communes limitrophes parviennent à réaliser des projets utiles aux familles et aux jeunes; nous pouvons nous aussi y parvenir. Nous sommes en mesure de donner priorité à la jeunesse. Il est par exemple envisageable de réserver, pour ces projets, les fonds de concours qui nous reviennent de la part de l’agglomération Grand Paris Sud.

Il est donc important de veiller à ce que l’attribution de ce financement soit attribuée à un projet qui répond aux besoins des habitants.

Agissons ensemble pour faire autrement

Il est temps que cela change. Nous proposons donc une autre politique dans laquelle les besoins des familles et des enfants soient prioritaires.

  • Exigeons l’adoption d’un projet pour la rénovation et la création d’espaces ludiques pour les enfants et les adolescents.
  • Proposons la réalisation d’un programme pluriannuel en concertation avec les différents acteurs concernés ( parents, enfants et jeunes, assistantes maternelles, enseignants…).
  • Demandons que les fonds nécessaires au financement de ce projet soient une des priorités du prochain budget.

Nous vous invitons à signer la pétition que nous avons lancée sur Change.org afin de contraindre la majorité municipale à prendre en compte les besoins des familles et des enfants.

I