arbres en pot à combs la ville

Signer une charte n’engage que ceux qui y croient…

Histoire d’une signature

Depuis plus de vingt ans des chartes de protection de l’arbre ont été rédigées. A commencer dès 1995 par la Charte européenne de l’arbre d’agrément. Cette charte a inspiré de nombreuses collectivités territoriales en France, en particulier celle de la communauté urbaine de Lyon en 2011. Dans le cadre de l’Agenda 21, de nombreuses villes s’emparent du sujet en créant leur propre charte. C’est le cas près de chez nous, à Melun qui adopte une charte de l’arbre urbain dès 2014. A Bondy, une charte de l’arbre est mise en œuvre dès 2015.

Une charte se distingue cependant des autres par son caractère qui se veut universel. C’est celle proposée par l’Association A.R.B.R.E.S afin de promouvoir le respect de l’arbre urbain. Le 16 décembre 2019, lors du conseil municipal, le maire fait adopter cette dernière. Elle doit engager la ville dans une démarche de protection de l’arbre et de reconnaissance de ses droits. L’article parue dans le parisien le 6 juillet 2020 fait croire que c’est une initiative originale et « qu’elle a été adoptée pour la première fois en France par la commune de Combs-la-Ville ».  De fait, l’Histoire de ces chartes tempère le propos. Toutes les chartes urbaines proposent à peu près la même approche de protection et de préservation.

De l’engagement …

La Charte signée en décembre par le maire a été écrite par l’Association A.R.B.R.E.S. présidée par Georges Feterman, Le caractère fort de ce texte est entre autre de reconnaître les arbres comme des êtres vivants ayant des droits au même titre que les hommes ou les animaux. Le cheval de bataille de ce scientifique de renom est aussi de protéger les arbres remarquables.

Que dis la charte ?

L’article 2 est particulièrement instructif, en voici un extrait : « Il a droit à l’espace aérien et souterrain qui lui est nécessaire pour réaliser sa croissance complète et atteindre ses dimensions d’adulte. Dans ces conditions l’arbre a droit au respect de son intégrité physique, aérienne (branches, tronc, feuillage) et souterraine (réseau racinaire) ».

Cette charte a été signée au début de la campagne électorale des municipales.  Est-ce un hasard ?

…à la réalité !

Depuis plusieurs années, les coupes et destructions ont été légion en contradiction avec l’article 3 de cette charte. Souvenons-nous des arbres de la contre allée de l’avenue de la République. Que dire de ceux de l’avenue de la forêt (en cours de destruction) … et de ceux qui ont été remplacés dans la rue du bois l’évêque par des arbres plantés dans des pots en métal.  Nos malheureux arbres souffrent en silence…

En guise de conclusion

Les élections sont passées . Le maire en place depuis 25 ans va t’il s’engager dans une véritable politique respectueuse de l’environnement qui ouvre la voie? Pour le moment, les faits disent plutôt le contraire, et cette charte, un outil de communication .

Pour l’association A.R.B.R.E.S.la charte adoptée se veut comme un point de départ qui ouvre « la voie à une modification rapide de la législation au niveau national ». Ce travail remarquable ne doit pas être décrédibilisé par ce qui se passe depuis des années dans notre ville. Nous invitons monsieur Feterman à nous contacter afin que nous puissions lui faire constater la réalité sur place. Nous serions heureux également de pouvoir travailler avec lui à la rédaction d’un texte s’adaptant à la situation locale. En partant des 5 articles de la charte de l’arbre, nous proposons d’être plus précis que cette charte dont l’action réelle pour notre commune est limitée et ne présente de fait aucune contrainte pour ceux qui l’ont signé. Nous sommes à l’échelon locale, il faut donc plutôt interdire certaines pratiques et en concertation avec les associations locales, créer un texte à la fois plus conforme à la réalité du terrain et davantage contraignant.