loi egalim

Respectons-nous la loi Alimentation à Combs?

Les communes avoisinantes ont respecté la loi alimentation et certaines l’ont même devancée.  Pourquoi Combs-la-Ville a-t-elle pris du retard ?

Que dit la loi ?

Pour des raisons éthiques, liées au bien-être animal, au réchauffement climatique, ou encore pour des raisons de santé, de plus en plus de personnes optent pour une alimentation utilisant des produits issus de l’agriculture biologique ou une alimentation végétarienne.

La loi Egalim a donc pris en compte ces évolutions sociétales. Cette loi globale sur l’agriculture et l’alimentation s’impose en particulier à la restauration collective. Elle s’applique aux repas servis dans les assiettes de nos enfants dans les restaurants scolaires du premier degré gérés par notre commune. Deux principes sont à retenir.

Le premier concerne l’introduction des menus végétariens depuis le 1er novembre 2019. Toute la restauration scolaire , de la maternelle au lycée , doit proposer au moins un menu végétarien par semaine. C’est-à-dire un menu unique (ou un menu alternatif dans le cas ou plusieurs menus sont proposés) à base de protéines végétales pouvant également comporter des œufs ou des produits laitiers. »

Le deuxième oblige la restauration scolaire à partir du 1er janvier 2022, soit dans un peu plus d’un an, à proposer au moins 50% de produits de qualité et durables, dont au moins 20% de produits biologiques.

Quelques exemples dans l’agglomération !

Lieusaint

Un repas végétarien quotidien est disponible pour les enfants. En effet, soucieuce du bien-être et de la santé par l’alimentation, la commune propose un mode de consommation privilégiant les fruits, céréales, légumineuses, légumes. 

Moissy-Cramayel

Dans une démarche écologique et durable, la ville a décidé de revoir la gestion de ses approvisionnements en misant sur la qualité des produits. La différence s’effectue au niveau du plat principal où la viande n’est plus proposée aux enfants dont les parents ont opté pour le “menu sans viande”. Elle est remplacée par du poisson ou des œufs ou des légumineuses à fortes valeurs protéiniques. Ces menus sans viande sont servis tous les jours de la semaine. 

Savigny-le-Temple

Savigny-le-Temple propose un repas sans viande tous les jours, en plat unique ou en option, ainsi qu’un plat végétarien par semaine. Ces repas comprennent exclusivement les protéines suivantes : œuf ou fromage, légumineuses (lentilles, haricots blancs, pois chiches…) ou soja. 

Et à Combs-la-Ville ?

La cuisine centrale élabore chaque jour des repas destinés aux élèves des classes maternelles et élémentaires ainsi que ceux des enfants accueillis dans les crèches municipales. Les repas sont élaborés chaque matin. Ils sont préparés sur place par les cuisiniers et livrés en liaison chaude dans chaque relais. 

Les enfants scolarisés à Combs-la-Ville n’ont eu accès à cette alternative végétarienne qu’à compter de la rentrée scolaire de septembre 2020 (1 an de retard sur la loi). Dans la majorité des cas, la viande ou le poisson non consommés ont terminé dans les poubelles. Deux problèmes ont découlé de cet état de fait : l’équilibre alimentaire de l’enfant n’est plus assuré et les restes finissent à la poubelle. Un gâchis inadmissible lorsque nombre de personnes ne mangent plus à leur faim.

En septembre 2020, la part des produits de qualité et durables dans les établissements scolaires de la commune est de 8% dont 3 % pour les produits bios . Ce frémissement, même s’il est louable, pose la question de notre capacité à se conformer à la loi en janvier 2022 (50% de produits de qualité et durables, dont au moins 20% de produits biologiques).

Comment la commune va-t-elle faire pour atteindre cet objectif ? Les élus du groupe « Agissons pour Combs » n’ont pu obtenir une réponse satisfaisante lors de la commission de procédure adaptée de juin 2020.

Analyse et propositions

Le coût des produits de qualité et durables est supérieur aux produits standards. Cela entraine donc un surcoût important pour le budget communal. Cela explique notre retard et notre difficulté à suivre la loi Egalim. Et ce n’est pas l’installation d’une légumerie bio dans l’Eco pôle qui peut changer la donne.

Notre difficulté principale est financière au vu du bilan catastrophique de 2019. Le budget de fonctionnement est contracté au maximum. Pour répondre aux besoins d’équipements et d’investissements de la commune, nous devons reconstituer notre capacité d’autofinancement. Cela implique toujours plus d’économies. Il est donc difficile de dégager beaucoup de marges si ce n’est au détriment des engagements pris dans le domaine de la transition écologique.

Pour être en adéquation avec la loi dans un an, nous proposons que l’approvisionnement de nos cantines se fasse auprès de producteurs biologiques locaux. Les serres municipales pourraient participer à cet effort en produisant des produits alimentaires. Un atelier de réflexion sur l’agriculture urbaine va être engagé au sein de Grand Paris Sud. Un travail de mise en réseau avec les communes de notre agglomération pourrait être bénéfique à la communauté. Le surcoût suppose que notre budget priorise ces efforts sur la transition écologique. C’est une question de choix politique. Nos élus ont bien trouvé les moyens d’augmenter leurs indemnités !