Vente de drogue en drive rue Icare

Mécontentements de l’été: sécurité et incivilités

Tout au long de l’été, les réseaux sociaux se sont fait l’écho des préoccupations des Combs la villais pour leur sécurité. Un état des lieux qui questionne.

Une multiplication inquiétante des infractions

Outre les habituels effractions des logements qui sont toujours une terrible épreuve pour ceux qui les subissent, plusieurs évènements semblent rappeler ce qui s’est passé les années précédentes. Des voitures qui brûlent, des containers de récupération des vêtements qui sont détruits, des nuisances sonores qui se multiplient. Toutefois, ce qui a marqué cet été, ce sont les inquiétudes et les exaspérations des habitants au sujet des Brandons.

En effet, la cité doit être démolie prochainement. Elle a été le lieu de rassemblement qui se sont prolongés tard dans la nuit. Les nuisances ont été, semble t’il, particulièrement nombreuses: barbecues dans une zone non autorisée, bruit et tapage nocturne, alcoolisation importante… Les appels des riverains aux forces de police n’ont pas permis de régler le problème, et ce, faute d’intervention rapide.

Nous avons également vu, une fois de plus, le parking de l’ancien Intermarché occupé illégalement. Souvenons nous de ce qui s’est passé cet hiver avec l’occupation du site par des forains. Rebelote au mois d’aout, avec l’installation des gens du voyage. Destruction des plots empêchant le passage des caravanes et voitures alors que la commune a mis en place,comme l’exige la loi, un site propre pour les populations qui nomadisent.

Installation de forains sur le parking de l’ancien Intermarché

Des habitants qui se sentent délaissés

Autres sources d’inquiétude avec ce qui s’est passé, à la fin du mois d’aout, rue Icare. Une vente affichée de produits stupéfiants, en drive. Parfois, d’après les témoignages des combslavillais sur Facebook, les tarifs s’affichent sur le mur extérieur de l’immeuble. Cela a scandalisé de nombreux habitants et nous en premier lieu. Autre sujet très préoccupant, le possible développement de la prostitution.

Le plus inquiétant est de constater que certains habitants sur les réseaux sociaux, terriblement excédés, envisagent de s’organiser entre eux pour intervenir. Cela se généralise au niveau national. Ces questions d’incivilités et de sécurité doivent localement trouver des réponses.

L’été, plus encore que durant le reste de l’année, l’impression qui a dominé est donc le manque de réactivité des pouvoirs publics et l’absence pour notre commune « de pilote dans l’avion ».

Manque de réactivité et insuffisance

Comment se fait il que les gens du voyage aient réussi à prendre place et à y rester? Pourquoi les mêmes scènes se reproduisentelles aux Brandons et deviennentelles récurrentes? Ces mêmes questions sontelles mieux gérées dans les communes voisines? À Lieusaint, l’occupation illégale par des gens du voyage a été semble t’il plus rapidement maîtrisée. Les pouvoirs publics doivent réagir avant que cela ne dégénère. Les habitants doivent pouvoir se sentir en sécurité dans notre ville.

Vente de drogue: signalitique

Nous ne voulons pas relayer des débats nationaux sulfureux et faire de la polémique. Nous savons que ces questions sont complexes et que le manque de moyens de la police nationale se pose un peu partout. Depuis le 28 aout, la fusion des circonscriptions de Melun Val de Seine et de Sénart doit permettre selon le commissaire Jérôme Georges, d’être plus réactif sur le terrain (Article de la République de Seine et Marne n° 7958). Cela ne doit pas se traduire uniquement par des opérations coups de poing comme nous en avons vu à la télévision, mais par un travail de fond qui demande moyens et temps.

Redéfinir les missions de la police municipale

Il n’en reste pas moins que le maire est le garant de la sécurité dans sa commune. Il possède des pouvoirs de police générale afin d’assurer des missions de sécurité , tranquillité et salubrité publiques. Son absence de réaction durant les vacances au sujet de ces multiples incivilités et problèmes de délinquance locale interroge.

A la tête de la ville, le maire gère la police municipale. Il définit les missions de cette force de police locale. Notre commune, comme bien d’autres en France, a déployé des moyens humains et financiers pour la mise en place d’une police municipale. Alors que faire? Il n’y a pas de solution miracle mais certaines communes font mieux que d’autres.

La police municipale doit jouer un rôle clef. Nous pensons que les missions de cette police de proximité doivent être redéfinies. Les zones d’interventions nécessitent d’être mieux délimitées pour être en adéquation avec les besoins. Les horaires doivent être adaptés et davantage étendus pour répondre aux attentes des citoyens. Cela suppose une refonte importante du mode de gestion de la police municipale, loin des considérations et gesticulation des partis politiques. Cela passera également par davantage de préventions et cette tâche doit relever également de la police municipale.

https://www.collectivites-locales.gouv.fr/pouvoirs-police-et-securite-des-services-publics-locaux